Chroniques chrétiennes à croquer

12.00  TTC

Après avoir fait sourire, ces méditations font s’interroger, voire se remettre en question. Nées d’anecdotes ou de réflexions impromptues, elles s’achèvent sur de brèves conclusions spirituelles illustrées d’un verset biblique choisi.

Description

Extrait

 

La star, c’est moi !

 

Il est des objets qui prennent une valeur inouïe parce qu’ils ont appartenu à une star.

Une dent de John Lennon – tirant sur le jaune ! – a été achetée par un dentiste canadien 22 600 €, un bout de papier sur lequel le même artiste avait griffonné la chanson A day in life a été vendu plus d’un million de dollars. Un cheveu de Paul Mac Cartney se négocie à 60 € sur la toile (mais pour le même prix, vous pouvez aussi acquérir un cheveu du pape ou de Justin Bieber) tandis que des petits bouts de draps précieusement conservés par le propriétaire d’un hôtel dans lequel les quatre garçons dans le vent ont séjourné après un concert en 1964 sont en vente sur Ebay à 70 €. Pour en finir avec la Beatles mania, apprenez encore que le rouleau de papier toilette du studio d’Abbey Road qui accueillit le groupe lors de l’enregistrement de leur album éponyme appartient à un fan qui a toujours refusé de le vendre, même lorsqu’il se vit offrir par un collectionneur japonais 1 200 € pour un seul feuillet !

D’autres artistes ont suscité les mêmes débordements : une guitare calcinée de Jimmy Hendrix s’est arrachée 237 000 €, la veste légendaire portée par Michael Jackson dans le clip Thriller 1,3 millions d’euros, la robe blanche vaporeuse de Marylin Monroe dans Sept ans de réflexion 4,4 millions d’euros et, plus près de nous, un billet de 500 F déchiré en deux et dédicacé pour son majordome par Serge Gainsbourg a été adjugé à 24 750 €.

Certains sont disposés à se délester de coquettes sommes pour un vestige de star, d’autres sont prêts à payer de leur personne pour le prestige et la gloire. Le cœur est tortueux plus que tout autre chose et il est incurable1 ; l’homme excelle dans l’art d’intrigailler les plans les plus détestables.

Ève et sa moitié mirent en péril leur vie et l’humanité tout entière pour une promesse de succès bien éphémère. Ponce refusa, pour conserver sa gouvernance, de libérer un innocent ; le climat avec Hanne et Caïphe était morose, il préféra ne pas brusquer les choses… la Judée était une province difficile et il savait qu’il était sur le fil2. Louis, pour sauver son titre royal, se frusqua en valet et partit en cavale ; à force d’entourloupettes, il perdit la tête. Robert a manqué de discernement : pour gagner en dextérité sur son instrument, il soumit ses doigts à une machine futuriste qui lui coûta sa carrière de pianiste. Tom abusa du Tonédron pour ne pas se laisser distancer dans le peloton ; il y laissa sa peau, en direct sur son vélo. Édouard trahit une amitié de trente ans pour candidater au poste de président. Patrice, soumis à la pression du publish or perish pour obtenir… un avancement de carrière, une part de gloire3, a manipulé des images scientifiques et écopé d’une suspension drastique. Renée, pour rester la plus jolie, a un peu trop abusé du bistouri. Isabelle, mannequin au triomphe affligeant, est morte anorexique et décharnée à 28 ans. Kim, pour asseoir sa notoriété, commença par (se) coucher…

J’ai joyeusement traversé ce bas monde profil bas et, lorsque je le quitterai dans le plus grand anonymat, je ne doute pas un seul instant que ni mes dents, ni mes cheveux, ni mes robes, ni mes draps… ni même ces petits billets ne susciteront d’enchères. Et c’est avec joie que je renonce à cette reconnaissance posthume et outrancière. Car je sais que j’ai une valeur inestimable, une valeur telle que quelqu’un a payé pour mon âme un prix inouï. Plus cher que la veste de Michael, plus cher que la robe de Marylin, plus cher que la guitare de Jimmy. Mon Fan numéro 1 a offert sa vie pour moi. Jésus-Christ a misé sur un outsider à demi-mort ; il m’a trouvée si précieuse qu’il a payé le prix fort. Un prix à faire pâlir d’envie toutes les starlettes d’ici-bas et autres ladies plus ou moins gaga.

Informations complémentaires

Poids 195 g
Auteur

Année

Format

Nombre de pages

128

Type de reliure

ISBN

2-85031-855-8

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Chroniques chrétiennes à croquer”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez peut-être aussi…